What a Liberal minority government means for drug policy in Canada

Cautious optimism and a second chance to do what is right (Photo credit: Toronto Star)

La décriminalisation bien effectuée : Une vision de la réforme de la politique sur les drogues qui est fondée sur les droits de la personne et la santé publique

Ce n’est pas le moment de manquer d’imagination, d’ambition ou de bon sens ; il est temps d’apporter des changements raisonnables, fondés sur des preuves et des politiques qui respecteront véritablement les droits de la personne et protégeront la santé et la sécurité des personnes qui consomment de la drogue.

Développer un modèle de décriminalisation qui répond aux besoins des personnes qui consomment des drogues

Une exemption doit s’appliquer à toutes les substances inscrites aux annexes de la LRCDAS, à toutes les quantités de substances dont la possession est destinée à un usage personnel et à tous les cas de transfert de drogues en quantités inférieures aux limites spécifiées, et ne doit pas inclure d’autres restrictions ou conditions inutiles qui compromettraient les bienfaits de la décriminalisation.

Nous sommes en deuil avec les communautés des 215 enfants

Nous faisons une pause dans notre travail pour les politiques canadiennes sur les drogues afin de nous rappeler une fois de plus que nos politiques actuelles en la matière ont des racines coloniales et racistes et que notre travail à venir nécessite que nous nous tenions aux côtés des peuples autochtones et que nous les soutenions, afin de travailler ensemble à créer des politiques qui mettent fin à la discrimination, à l’oppression et aux autres conséquences dévastatrices que vivent tant de personnes autochtones.